. .

1971 – 1980: La révolution technologique

Au printemps 1971, l’entreprise se targue déjà d’un quart de siècle bien rempli. Depuis sa création, Ronda s’est fortement étendue par la construction de cinq bâtiments, attenants ou non. Les effectifs sont passés à 520 collaborateurs, auxquels s’ajoutent 375 personnes travaillant à domicile pour l’enseigne. Cependant, malgré l’ampleur des locaux disponibles, l’unité en charge des assemblages Swiss Made – également appelée T1 – doit progressivement se délocaliser ; la même année a lieu la reprise d’une fabrique tessinoise de remontage qui adoptera plus tard le statut de filiale sous le nom de « Farone ».

La technologie des montres à quartz se généralise

Le temps n’est pas suspendu dans le secteur de l’horlogerie : ce dernier est frappé de plein fouet par la technologie des montres à quartz au début des années 70. Par rapport aux mécanismes traditionnels, les nouveaux mouvements à quartz sont nettement plus précis. Ils apparaissent très prometteurs, notamment dans la perspective de conquérir de nouveaux marchés et de nouveaux segments de clientèle.
Entreprise dynamique, Ronda met au point le premier mouvement à quartz en 1974. Les débuts ne sont pas si faciles ; la récession induite par la crise pétrolière freine sensiblement l’enthousiasme des fabricants de montres à innover et investir.

L’expansion de Ronda

Grâce au développement d’une nouvelle zone de vente en Asie, une première filiale peut être créée à Hong-Kong en 1972. Deux ans plus tard y démarre l’assemblage de mouvements à ancres et mouvements à ancres à chevilles. Pour des raisons stratégiques, il n’est alors pas judicieux d’assembler des mouvements à quartz en Extrême-Orient.
Des mouvements Swiss Parts sont donc montés à Hong-Kong et en Chine de 1982 jusqu’à la fin des années 90.

 
.hausformat | Webdesign, Typo3, 3D Animation, Video, Game, Print